Fenêtre sur une passionnée de cuisine: Aissatou Mbaye

- assetou- Gastronomie - 2 Commentaires

Aujourd’hui La plume est donné à Aïssatou Mbaye une passionnée de cuisine qui nous l’espérons saura vous tenir en haleine avec ses créations originales.

  • Bonjour Aïssatou, déjà merci pour la disponibilité. Nous sommes curieux d’en savoir plus sur vous et sur les motivations qui vous anime dans toutes vos entreprises ? 

Alors je m’appelle Aïssatou MBAYE j’ai 27 ans je suis Sénégalaise et j’habite à Paris depuis environ 7 ans. Actuellement je travaille dans la finance mais lorsque je ne suis pas en tailleur je suis inlassablement en tablier. J’aime dire que mes humeurs sont parfumés d’épices, que je sois en colère triste ou joyeuse je trouve toujours une raison de cuisiner quelque chose. Mon entourage me dit souvent que je cuisine trop. Le pire c’est que c’est vrai, je fais grossir tout le monde (rire), les gens me fuient.

Je suis une grande passionnée de cuisine, je dirai même que je suis éperdue de cuisine. C’est une passion que je tiens de ma mère. Depuis toute petite j’aime cuisiner mais cette passion s’est ravivée lorsque j’étais étudiante. Livrée à moi-même en France, le fait de cuisiner me rapprochait du Sénégal, de chez moi. Pour moi, manger comme à la maison, c’était un peu comme être à la maison. Par nostalgie, j’ai ainsi jeté un pont entre les deux pays.

Aujourd’hui je partage cette passion à travers mon blog : aistoucuisine

 

  • Aistoucuisine, présentez-nous ce blog?

Aistoucuisine est un blog où je partage mes recettes, mes coups de cœur et aussi mes modestes créations. Ce dernier a pour objectif de valoriser la cuisine, les saveurs africaines, en proposant des recettes simples et originales d’où le slogan : le Monde aux saveurs d’Afrique. Il s’agit ainsi de refaire des plats ou desserts  que nous connaissons en y intégrant ou en remplaçant la base par des produits africains.

Le blog est un peu à mon image : un africain en Europe, des recettes tantôt traditionnelles tantôt métissées, des recettes simples mais aux combinaisons inattendues.

  • Quelle est la cible de AISTOUCUISINE? Quels étaient ses objectifs de départ ?

Ce qui m’a poussé à lancer ce blog, c’est la méconnaissance  de la cuisine africaine ici en France. J’ai tristement constaté que les gens ne connaissaient que peu de plats africains et la gastronomie africaine était entachée de préjugées. Réduire la cuisine africaine au Yassa et Mafé c’est mettre au placard des fruits, des plantes et mille et une arômes qui font le patrimoine culinaire de l’Afrique. J’ai eu donc envie de faire sortir de l’ombre toutes ces saveurs là.

Du coup aistoucuisine cible d’une part les occidentaux mais aussi et les africains, parce que je pense que nous sous estimons beaucoup nos produits, nous en ignorons les richesses et c’est vraiment dommage. On admire souvent les produits étrangers alors que les notre sont tout aussi bons et tout aussi riches. Le bissap par exemple est un trésor culinaire, et c’est triste de se contenter d’en faire que du jus.

 

  • Ce blog vous a-t-il inspiré d’autres entreprises, actions qui s’inscriraient dans la même dynamique ? 

Actuellement je travail sur un livre de recette.

Pour moi la meilleure façon de démocratiser une chose c’est de la rendre la plus accessible possible. Dans ce livre j’essaie de jouer un peu sur les saveurs et de détourner les classiques en présentant des plats connus sous leur forme africanisée. Ce livre, c’est une façon pour moi de dire : « regardez tout ce qu’on peu faire avec les produits d’Afrique. »

 

  • 3 de recettes innovantes de aistoucuisine?

Même si c’est difficile de choisir (rires) je dirais :

Les pastels à la farine de mil. Vous pouvez découvrir la recette.

Alloco burger:  la recette disponible ici

Beignets à la confiture d’hibiscus (bissap)

 

  • Si nos lecteurs doivent retenir 3 points forts de AISTOUCUISINE, quels seraient-ils ?

Créativité : parce que la cuisine ce n’est pas juste faire à manger

Africanité : parce le blog se veut être une vitrine sur l’Afrique

Ouverture : Senghor a dit qu’il faut « s’enraciner puis s’ouvrir aux autre culture » et il a raison.

 

  • Vous avez choisi de vous intéresser à l’Afrique, de montrer une Afrique positive et optimiste sous l’angle culinaire. Vous revendiquez cet afro-optimisme. Que signifie-t-il pour vous concrètement ?

Je crois que lorsqu’on est à l’étranger, on est un peu un ambassadeur de son pays, l’Africain de manière général porte tout un continent. Il devient une vitrine. En ce moment il y a une réelle prise de conscience sur la nécessité de montrer toute la beauté et les trésors de l’Afrique.  C’est né d’un ras le bol général sur les préjugés.

En France depuis quelques temps la gastronomie africaine commence à sortir de l’ombre. On voit beaucoup de concepts innovants autour de la cuisine africaine et tant mieux. J’aime voir que l’on montre ce qui y a de meilleur en nous, que l’on cultive une nouvelle image de l’Afrique loin des clichés.

Par mon blog je veux montrer que nos produits sont des produits comme les autres qu’on peut les utiliser comme on utilise n’importe quel produit occidental.

Savez vous que le pain de singe contient 6 fois plus de vitamine C que l’Orange et 2 fois plus de Calcium que le lait ? Les gens paient une fortune pour les céréales sans gluten, pendant que nous avons à moindre coût le mil. Le « consommer africain » c’est l’avenir.

Je crois fort, que d’ici quelques temps la cuisine africaine sera de plus en plus représentée dans les grandes tables du monde. On dira bientôt : African is the new black.

 

  • AISTOUCUISINE est il un soubassement à un projet entrepreneurial ?

J’ai pour ambition d’ouvrir un jour mon propre restaurant où je proposerai une carte à l’image de mon blog. Donc oui le blog, disons que c’est le début de mon cheminement vers ce rêve. Il faut croiser les doigts pour moi (rire).

 

  • Quels conseils pouvez-vous donner aux jeunes qui veulent se lancer dans cette aventure ? 

Lorsque j’ai commencé à bloguer ce n’était pas facile pour moi de me faire une place entre les centaines de blogs et de sites de cuisine. J’étais souvent découragé parce que je n’avais pas assez de visite et mon mari me disait souvent : oublie les autres, fais-le pour toi vie ta passion et le reste suivra.

Donc le conseil que je peux donner aujourd’hui c’est ça : peu importe ce que vous faites, mettez y du cœur, le reste suivra.

  • Aissatou évolue aussi dans la sphère sociale avec l’association Les Petites Gouttes pouvez vous nous en dire plus ?

L’ association Les petites Gouttes a pour but de lutter contre les formes d’exclusion au Sénégal quelle qu’elles soient. Elle s’intéresse principalement aux handicapés, aux albinos et surtout aux Talibés, ces enfants mendiants. J’ai rejoins l’association tout récemment parce que les causes qu’elle défend me parle. Lorsqu’on est au Sénégal, on ne réalise pas vraiment la gravité de la situation, on pense que c’est normal. Les talibés par exemple font partie du décor de Dakar c’est comme ça mais en fin de compte on est tous complice de la situation de ces enfants. Avec du recul et surtout parce qu’on a vu autre chose on commence à se remettre en question. La mendicité n’est pas une fatalité et c’est important de se battre pour l’insertion social de toutes ces personnes qui sont exclues.

 

Si vous étiez un pays africain ? 

Le Sénégal : le pays de la Téranga

Si vous étiez une personnalité africaine célèbre ? 

Oula c’est difficile, honnêtement j’ai du mal à m’imaginer en personnalité (rire)

Si vous étiez un style musical africain ? 

Le mbalax, parce que c’est un peu fou comme musique, parfois ça va dans tout les sens tout comme moi.

Un dernier message à adresser aux lecteurs de Ayokah

Il faut valoriser nos produits, ils sont pleins de vertus et surtout délicieux. Comme diraient les ivoiriens : « c’est coca cola qui fait publicité sinon bissap est serein »

 

 

2 Commentaires

  • punit

    Hi …chef

  • Maty Gueye

    Toutes mes félicitations aissatou
    Crois en toi ca viendra inchalla
    Je te souhaite plein de succès ma belle

Commenter

Votre adresse mail ne sera pas publiée.
*indique les champs obligatoires.

*