Art Press Yourself 2016

- Alphee-Edwige- À La Une - 0 Commentaires

On change de cap et on s’envole en Afrique du Sud avec la seconde édition d’Art Press Yourself qui revient dès le 19 novembre 2016. La seconde édition baptisée « Johris » – un contracté de Johannesburg et Paris – s’annonce prometteuse. La qualité de l’organisation et l’ambiance exceptionnelle ont fait de l’événement un nouveau rendez-vous annuel, qui s’annonce incontournable sur le calendrier parisien.

 

Art Press Yourself confronte les tendances du continent africain avec l’esprit urbain des grandes villes. « J’ai été surprise par la dimension internationale qui s’est instaurée naturellement avec des visiteurs venus de New-York, Londres ou Montréal. La seconde édition aura une perspective plus pédagogique marquée par des conférences et des tables rondes. », confie Laetitia N’Goto, revenant sur la 1ère édition de novembre 2015. Mode, beauté, danse, musique, arts graphiques : le festival se veut un point de rencontre fédérateur entre les différentes disciplines.

 

Pas moins de 450 visiteurs s’étaient donné rendez-vous au Pan Piper pour la première édition d’Art Press Yourself, découvrant ou re-découvrant les 14 créateurs et artistes de l’expo-vente. Du Danemark à la Belgique en passant par l’Angleterre, la sélection des exposants est variée dépassant les frontières franco-parisiennes, tout comme du côté du public. Mais la fondatrice nous rassure : « Délocaliser l’événement aux Etats-Unis, oui, pourquoi pas… Cependant, Art Press Yourself restera toujoures fidèle à Paris ! » Afrikanista, Lady Hood, Fred Ebami, Les Sœurs Chevalme … La fondatrice du Festival, Laetitia N’Goto a su réunir le gratin idéal pour nourrir l’essence du Festival.

py19

 

Laetitia N’Goto , the Fashion activist

Qui est Laetitia N’Goto, qui se cache derrière Art Press Yourself?

Une chevelure impressionnante, Nappy, des imprimés wax et des accessoires assortis, pourraient qualifier l’allure de Laetitia N’Goto. Son goût pour les cultures africaines, elle le tient principalement de sa mère mais également de ses différents voyages en Afrique.

Née à Bordeaux, Laetitia N’Goto a vécu entre la Centrafrique – son pays d’origine – et le Nord- Pas-de-Calais, avant de regagner la capitale, pour y poursuivre ses études de stylisme, à Mode Estah.

Son diplôme de Management de la mode en poche, elle se lance en 2013 dans l’entreprenariat. De start-ups à Isabelle Marant – chez qui elle occupait le poste d’assistante de production – en passant par des collaborations avec So&So, le Labo Ethnik, le Gala Dynafrica, Afropolis ou encore Black Fahrenheit, la jeune femme a pris le temps de polir ses plus belles armes à travers ces expériences.

Des opportunités concrétisées et un carnet d’adresses bien fourni marquent un parcours brillant, non pas moins semé d’embûches écartées par une volonté de fer, car Laetitia N’Goto sait ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas.

 

L’aventure Art Press Yourself : vitrine parisienne des cultures afro-urbaines.

L’idée du Festival ArtPress Yourself bourgeonne dans les esprits de Laetitia N’Goto et de son acolyte, suite à un projet de fin d’année centré sur l’événementiel afro-culturel. Présenté devant un jury composé de grands représentants du milieu de la mode, le projet de la mise en place d’une boutique présentant des créateurs, suffit à nourrir leur détermination et leur motivation pour se lancer.

_39b2748-copie-en-conflit-de-desktop-jmjm1ct-2016-10-02

 

« Avec mon binôme, nous nous étions demandées quel serait l’événement de nos rêves : comment le concevoir ? Nous souhaitions mettre en place quelque chose de différent, de bien structuré, tout en évitant des redondances avec d’autres événements parisiens, et en misant sur les dimensions afro, culturelle et musicale. Art Press Yourself comble un manque.» Se souvient-elle. « Nos objectifs étaient d’entrecroiser nos deux centres d’intérêt, à savoir ceux de la culture urbaine et de la mode afro, pour n’en formait qu’un seul et émettre de nouvelles tendances. »

 

 

Aujourd’hui, Laetitia N’Goto est seule à la tête d’Art Press Yourself, mais ne regrette rien des difficultés, et reste satisfaite des impressions qui émergent après la première édition. « Il planait comme une bonne ambiance sympa entre potes : les visiteurs allaient facilement vers les créateurs et engageaient la discussion spontanément. » décrit-elle. « Cela me fait énormément plaisir que les visiteurs puissent découvrir certaines marques durant le festival. Les créateurs ont vendu chacun en moyenne près d’une vingtaine de pièces durant la soirée. Et ils ont pu échanger spontanément sur des propositions de collaboration sur place. Art Press Yourself se veut également une plateforme professionnelle qui favorise le contact avec les clients et les acheteurs, pour des créateurs qui n’ont pas forcément de boutique. »

apy-punk1

Art Press Yourself est un Festival intergénérationnel, multiculturel et convivial qui valorise les cultures afro-urbaines à Paris. L’esprit de la première édition était fidèle aux inspirations culturelles afro-américaines. Un voyage culturel entre 1970 et 1990, à travers des références à l’émission culte américaine Soul Train et ses danseurs phénoménaux, l’icône de la Pop musique Michael Jackson ou encore le film Do the Right Thing de Spike Lee; le tout sous la bannière thématique  « Old School Vibes ».

py6

 

 

« Pendant près de 30 ans, l’émission Soul Train a fait la promotion d’une culture afro-urbaine, en présentant des chanteurs connus et des danseurs de Hip Hop « castés » dans la rue. Créée par un Noir – Don Cornelis -, avec des Noirs et pour des Noirs, ce qui ne l’a pas empêché d’influencer le reste du monde. 

 

Je pense qu’aujourd’hui, il faut partager davantage les cultures afro-caribéennes, afin qu’elles continuent d’inspirer le monde entier. Art Press Yourself vise un large public, et parle aux différentes générations tout en restant un divertissement. La distribution de Doggy bags par exemple, est le détail qui démontre ce partage de cultures. Je bois du bissap, de la ginger beer et mange de la nourriture africaine. Je tenais à ce qu’il en soit de même pour les visiteurs du Festival : mon objectif est de partager mes centres d’intérêt de manière intelligente. »

#APY2016

Rendez-vous le samedi 19 novembre 2016 au Pan Piper

 

14711334_1192224867509251_2328188981379598249_o

 

Plus d’infos

Retrouvez toute la programmation et la billetterie sur

 http://artpressyourself.com/

Revivez le festival sur la chaîne Youtube du festival ICI 

 

Virginie E.

Commenter

Votre adresse mail ne sera pas publiée.
*indique les champs obligatoires.

*